Rechercher
Close this search box.

La production de gaz naturel renouvelable : un levier économique et écologique pour les régions

Partenaire Hydro 2023
Depuis plusieurs années, le Québec a résolument mis le cap sur la décarbonation, notamment sous l’impulsion du gouvernement et de son Plan pour une économie verte 2030. Les régions ont un rôle prépondérant à jouer dans cette transition et disposent d’un large éventail de moyens pour diminuer leur empreinte carbone, dont la production de gaz naturel renouvelable (GNR), qui permet de réduire les gaz à effet de serre (GES) tout en stimulant le développement économique – une filière qui gagne du terrain partout au Québec.

 

Favoriser le développement économique durable

On compte d’ores et déjà dix centres de production de GNR sur le territoire québécois, dont huit qui alimentent le réseau d’Énergir.  Trois de ces centres ont été mis en service en 2023, à Saint-Étienne-des-Grès, Chicoutimi et Québec. Ces installations, qui s’ajoutent à celles de Varennes, Candiac, Warwick, Saint-Pie et Saint-Hyacinthe, contribuent directement aux efforts collectifs de décarbonation du Québec et du réseau gazier d’Énergir en permettant à tous les utilisateurs de gaz naturel qui le souhaitent de consommer une source d’énergie 100 % renouvelable, et en créant de la richesse pour les régions dans lesquelles il est produit.

De l’énergie à revendre

En effet, le GNR est créé à partir de matières organiques résiduelles, notamment agricoles (fumiers et lisiers, résidus de culture), industrielles (boues des stations d’épuration, résidus de transformation alimentaire) et domestiques (restes de table). Autrement dit, la biométhanisation, c’est-à-dire la transformation de ces matières en source d’énergie, permet de créer un produit à valeur ajoutée – le GNR – à partir de résidus qui auraient autrement été enfouis ou éliminés. De plus, la biométhanisation engendre un sous-produit, le digestat, qui peut être utilisé comme amendement organique et fertilisant naturel pour remplacer les engrais de synthèse, dont la production et le transport émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre.

Lutter contre les changements climatiques

La production de GNR permet également de réduire considérablement les émissions de GES en remplaçant une énergie fossile par une énergie renouvelable et en évitant les émissions de méthane résultant de l’enfouissement ou de l’élimination des matières organiques. À titre d’exemple, un centre de biométhanisation comme celui de Saint-Hyacinthe, qui traite environ 200 000 tonnes de déchets par an, évite l’émission de près de 50 000 tonnes de GES dans l’atmosphère.

Une filière prometteuse

En raison de la diversité de ses intrants (matières organiques), la production de GNR offre un potentiel de développement économique considérable pour toutes les régions du Québec, qu’elles soient fortement urbanisées ou majoritairement rurales. D’ailleurs, une étude réalisée par Aviseo Conseil en 2019 montre que le développement de la filière GNR permettrait de générer de nouveaux revenus pour les secteurs agricole, municipal, agroalimentaire et forestier et profiterait directement aux régions abritant les centres de biométhanisation, puisque plus de 70 % du PIB engendré par la production de GNR leur reviendrait.

Selon une étude sur le potentiel technico-économique de la production de gaz naturel renouvelable au Québec réalisée par Deloitte et WSP, le GNR pourrait représenter 66 % de tout le gaz naturel distribué par Énergir d’ici 2030. L’utilisation de ce volume de GNR en substitution du gaz naturel conventionnel pourrait permettre d’éviter l’émission de 7,2Mt CO2e, soit plus que les émissions annuelles de 1,5 million de voitures.

Boucler la boucle grâce à l’économie circulaire

De plus, la production de GNR pourrait créer des milliers d’emplois permanents, tant pour l’exploitation que pour l’approvisionnement des sites de biométhanisation, et favoriserait le développement d’une expertise enviable dans ce domaine dans les régions productrices. Enfin, la production de GNR contribue directement à l’économie circulaire, en permettant par exemple aux municipalités ou aux MRC de valoriser leurs matières résiduelles pour les réutiliser pour leurs propres activités, générant ainsi un cercle vertueux de création de richesse et de réduction des émissions carbone, comme l’explique cet article.

Des caractéristiques avantageuses

Au-delà des bénéfices liés à sa production, le GNR est une source d’énergie renouvelable qui présente plusieurs avantages :

  • il ne nécessite aucun changement d’équipement, car la molécule de GNR et la molécule de gaz naturel conventionnel sont parfaitement interchangeables;
  • les consommateurs peuvent choisir dans quelle proportion ils souhaitent consommer du GNR (de 1 à 100 %) et modifier cette proportion en tout temps;
  • le GNR représente une solution concrète et disponible immédiatement pour lutter contre les changements climatiques et réduire notre empreinte carbone.
À l’avant-garde du changement

Nous l’avons dit, le potentiel économique et environnemental de la production de GNR est considérable et plusieurs municipalités, villes et sociétés d’économie mixte ont choisi de prendre les devants dans ce domaine en investissant dans des usines de biométhanisation. Elles pavent ainsi la voie au développement de cette filière en croissance, puisque la construction de nouvelles installations du genre est prévue dans les prochaines années dans plusieurs régions du Québec.

 La décarbonation : un objectif, plusieurs solutions

En achetant le GNR produit par les centres de biométhanisation et les sites d’enfouissement pour l’injecter dans son réseau, Énergir soutient activement le développement économique des régions et leurs initiatives de réduction des émissions de GES. Énergir leur propose aussi d’autres moyens de décarboner leur économie en offrant une aide technique et financière aux particuliers, aux entreprises et aux institutions qui s’engagent dans une démarche d’efficacité énergétique ou dans une transition vers la biénergie.

Pour en savoir plus sur la production de GNR, consultez ce guide ou communiquez avec nous par courriel à : projetGNR@energir.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Calendrier des activités
[eo_fullcalendar headerLeft='prev,next today' headerCenter='title' headerRight='month,agendaWeek']

Politique en regard de la présence aux activités de formation

  • Attendu que l’APDEQ remet une attestation de participation au terme de chacun des cours qu’elle diffuse;
  • Attendu que cette attestation confirme la participation à un nombre d’heures de formation spécifique;
  • Attendu que la présence du participant est attendue et obligatoire pour toute la durée de la formation (activité synchrone);
  • Attendu qu’aucun visionnement de l’activité en différé ne sera autorisé;
  • Attendu que chaque formation procure un nombre de points en vue de l’obtention de la certification au titre de Développeur Économique;

Une attestation de participation sera décernée au participant, dans la mesure où le taux d’absentéisme n’excède pas 20 % des heures prévues à la formation.