Perspectives touristiques à l’aube de 2023 : clientèle, organisations, destinations

Marc-Antoine Vachon
par Marc-Antoine Vachon
Titulaire de la Chaire de tourisme Transat et professeur titulaire en marketing

Au cours des deux dernières années, les organisations touristiques ont fait preuve d’une adaptation phénoménale. Des gestionnaires et entrepreneurs ont su transformer les défis en opportunités et créer des destinations sécuritaires et accueillantes, dans un contexte qui s’y prêtait difficilement.

Malgré les obstacles économiques et géopolitiques auxquels le monde doit faire face, les voyages reprendront. D’après la Banque de développement du Canada (novembre 2022), le ralentissement s’annonce moins abrupt pour l’industrie touristique, car elle profite encore de la demande refoulée des années de pandémie. La population accorde davantage de valeur au voyage et continuera à consacrer du temps et de l’argent à cette fin. Destination Canada anticipe que la reprise du tourisme à son niveau de 2019 est prévue en 2024 : un an plus tôt qu’espéré !

La pandémie a laissé sa trace sur les comportements des consommateurs. Les Québécois souhaitent se rapprocher de la nature pour son effet thérapeutique. Ils prennent soin de leur santé physique et mentale. La pandémie fait naître le désir de voyager plus localement. D’ailleurs, les résidents sont davantage perçus comme une clientèle touristique par les gestionnaires de destination. Les Québécois recherchent des expériences ancrées dans le territoire. Ils veulent découvrir les spécialités du coin, la communauté : ses coups de cœur et ses lieux de prédilection.

Deux transitions importantes guettent les organisations et les destinations. D’une part, la technologie est désormais utilisée partout : pour communiquer, travailler, se divertir, relaxer, planifier des voyages… Ce sont des habitudes qui vont perdurer. L’industrie est dans l’obligation d’accélérer son virage numérique.

D’autre part, la transition durable de l’industrie touristique devient plus que nécessaire dans un contexte où la pandémie a favorisé une prise de conscience pour des voyages plus responsables. Il s’avère essentiel de miser sur la connaissance, la créativité, les partenariats, les investissements et surtout une démarche collective et concertée pour effectuer cette transition verte. Les entreprises et les destinations sont-elles prêtes ?

Ces transitions ne pourraient se réaliser sans des ressources humaines compétentes. Toutefois, la pénurie de main-d’œuvre apporte une pression supplémentaire sur une industrie déjà fortement touchée par le manque de personnel. Quelles sont les avenues à explorer pour continuer d’avancer ?

À travers l’instabilité et la relance, plusieurs tendances émergent et évoluent apportant ainsi des occasions de développement pour les régions.  Le plein air a toujours la cote et la clientèle recherche des activités spécialisées. La popularité de l’agrotourisme fait en sorte que ce secteur devient un incontournable. Quant à la culture, elle est mise à profit pour encourager la régénération urbaine ou enrichir les stratégies de marque des villes tout en améliorant la qualité de vie des citoyens.

Curieux d’en apprendre davantage ? Le webinaire du 7 décembre 2022 permettra une meilleure connaissance du voyageur d’aujourd’hui et décortiquera les phénomènes qui influencent l’évolution des organisations ainsi que le développement des régions touristiques à l’aube de 2023 et pour les prochaines années à venir.

Depuis 30 ans, la Chaire de tourisme Transat de l’ESG UQAM constitue une source privilégiée de connaissances grâce à sa présence dans le milieu touristique, à ses nombreuses publications et à la tenue d’activités de transfert de connaissances et d’évènements rassembleurs. En 2004, la Chaire créait le Réseau de veille en tourisme grâce au soutien financier de Développement économique Canada pour les régions du Québec et du ministère du Tourisme du Québec. Aujourd’hui, 750 sources d’information, couvrant une cinquantaine de secteurs et thématiques liés au tourisme, sont scrutées quotidiennement. La veille stratégique permet de déceler les signes annonciateurs d’opportunités ou de menaces afin de soutenir la compétitivité de l’industrie touristique québécoise et de favoriser une meilleure vision prospective chez ses dirigeants.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de nouvelles

Le double défi du développement économique entrepreneurial au Québec

L’an dernier, dans la 8e édition du rapport québécois sur l’activité entrepreneuriale de 2020 du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), nous constations que les entrepreneurs québécois avaient fait preuve de vigilance et de résilience en effectuant le fameux « pivot entrepreneurial» au début de la pandémie de la COVID-191

Les fondements de la productivité

Les entreprises évoluent dans un monde de plus en plus complexe, incertain, en perpétuelle évolution. Les développeurs économiques sont appelés à intervenir dans un nombre croissant de défis d’entreprises. L’amélioration de la productivité constitue un défi de taille, puisque le Québec accuse un retard en cette matière. Les développeurs économiques peuvent inverser cette tendance, en aidant les entreprises à améliorer leur compétitivité.

Calendrier des activités
Chargement… Chargement…

Politique en regard de la présence aux activités de formation

  • Attendu que l’APDEQ remet une attestation de participation au terme de chacun des cours qu’elle diffuse;
  • Attendu que cette attestation confirme la participation à un nombre d’heures de formation spécifique;
  • Attendu que la présence du participant est attendue et obligatoire pour toute la durée de la formation (activité synchrone);
  • Attendu qu’aucun visionnement de l’activité en différé ne sera autorisé;
  • Attendu que chaque formation procure un nombre de points en vue de l’obtention de la certification au titre de Développeur Économique;

Une attestation de participation sera décernée au participant, dans la mesure où le taux d’absentéisme n’excède pas 20 % des heures prévues à la formation.