Val-des-Sources se donne les moyens de ses ambitions

par Energir
Partenaire APDEQ
Depuis la venue du gaz naturel, la ville de Val-des-Sources (anciennement nommée Asbestos) a non seulement réussi à se couper de son passé minier, mais aussi à renverser une tendance démographique à la baisse. Son parc industriel est aujourd’hui un modèle de diversification économique qui suscite l’envie.

Un coup d’œil à Google Maps suffit pour constater la croissance rapide de Val-des-Sources. À ce jour, le géant de la recherche Web n’a pas eu le temps de mettre à jour la vue satellite qui montrerait que les terrains de la rue de l’Ardoise sont déjà tous occupés.

La principale ville de la MRC des Sources, située en Estrie, était pleinement vouée à l’activité minière et même après 2003 où, successivement, l’usine de magnésium fermait et la mine d’amiante déclarait faillite, ses citoyens caressaient encore l’espoir de voir fonctionner un plan de relance. Finalement, la décision du gouvernement de se retirer complètement du marché de l’amiante en 2012 a fait l’effet d’une douche froide.

Miser sur deux forces importantes pour l’essor de la région : Internet haute vitesse et le gaz naturel

Fort de ses connaissances personnelles à l’égard de la réalité économique de la municipalité, le conseiller en développement régional d’Énergir, Charles Milot-Laberge, a fait une première approche afin d’étudier la faisabilité d’une extension du réseau gazier vers Val-des-Sources. Pur hasard, la municipalité l’a alors informé qu’elle avait établi que le gaz naturel était un vecteur de croissance porteur pour la communauté d’affaires locale.

« C’était un peu comme une crise de santé majeure dans la vie d’une personne : ça remet les idées en perspective ! », se souvient Georges-André Gagné, directeur général de la municipalité. « Nous n’avions plus le choix de diversifier notre économie, mais comment faire ? Nous avons donc pris deux initiatives importantes en voulant relier notre parc industriel à l’Internet haute vitesse et au gaz naturel. »

Un raccordement peut s’avérer coûteux lorsque le réseau gazier est distant, mais par chance, la conduite de gaz naturel qui alimentait jadis l’usine de magnésium se trouvait à tout juste 7,5 km. Devenue sous-utilisée pour les seuls besoins de la municipalité voisine de Danville, elle constituait l’occasion parfaite de raccorder le parc industriel d’Asbestos (Val-des-Sources) et ainsi d’aller chercher des entreprises qui avaient besoin du gaz naturel pour leurs activités, et ce, à des coûts énergétiques moindres.

Autre chance : le gouvernement fédéral lançait en 2013 l’Initiative canadienne de diversification économique des collectivités tributaires du chrysotile (autrement dit Val-des-Sources et Thetford-Mines). Il a donc contribué à financer le raccordement par l’intermédiaire d’Énergir. Le gouvernement du Québec a en outre créé un Fonds de diversification économique pour inciter les entreprises à s’installer dans la MRC. Enfin, la municipalité a offert une contribution de 370 000 $.

« Nous avons d’abord limité le raccordement au parc industriel parce que notre priorité était la diversification économique. Trois entreprises ont porté ce projet avec nous : la fromagerie L’Oiseau Bleu; l’abattoir Viandes Laroche, remplacé depuis par Canards du Lac Brome; et Concept Promet, qui se spécialise dans l’application de peinture en poudre et nécessite donc beaucoup d’énergie pour le séchage », énumère Georges-André Gagné.

L’étroite collaboration entre Énergir, la municipalité, et Développement économique Canada (DEC) fut l’un des éléments favorables ayant mené à la conclusion du projet. Le partenariat entre les parties impliquées, l’échange d’informations fluide et la mobilisation locale sont des facteurs clés dans la réussite de tels projets d’extensions de réseau. 

Des retombées économiques… et démographiques

Au fil des ans, Canards du Lac Brome a pris de l’expansion (plus de 200 emplois aujourd’hui), et d’autres joueurs de premier plan sont arrivés, comme le groupe métallurgique Métal Pless ou le fabricant ABS Remorques. Résultat : la population s’est agrandie et a rajeuni !

« En 2021-2022, nous avons accueilli 200 nouveaux habitants alors que la population était auparavant en décroissance. Les gens commencent à venir, et les ménages restent. Notre pyramide des âges, qui était tristement cylindrique jusqu’à récemment, a commencé à voir sa base s’élargir », se félicite le directeur général.

Le gaz naturel, créateur de communautés ? C’est en tout cas une base indispensable pour tout parc industriel attrayant, selon lui.

« Si on avait à nous qualifier en tant que ville, je dirais que nous sommes des “saisisseurs” d’opportunités. Et nous l’avons saisie dans ce cas. Si nous n’avions pas les infrastructures nécessaires, nous ne serions pas en mesure d’accueillir tous ces gens. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de nouvelles

Le double défi du développement économique entrepreneurial au Québec

L’an dernier, dans la 8e édition du rapport québécois sur l’activité entrepreneuriale de 2020 du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), nous constations que les entrepreneurs québécois avaient fait preuve de vigilance et de résilience en effectuant le fameux « pivot entrepreneurial» au début de la pandémie de la COVID-191

Les fondements de la productivité

Les entreprises évoluent dans un monde de plus en plus complexe, incertain, en perpétuelle évolution. Les développeurs économiques sont appelés à intervenir dans un nombre croissant de défis d’entreprises. L’amélioration de la productivité constitue un défi de taille, puisque le Québec accuse un retard en cette matière. Les développeurs économiques peuvent inverser cette tendance, en aidant les entreprises à améliorer leur compétitivité.

Initier une transformation numérique simple et rapide avec les CCTT

L’importance du numérique n’est plus à prouver. Les incertitudes liées aux crises sanitaires, climatiques et géopolitiques entraînent des remises en question et changements rapides. Avec la pandémie de COVID-19 qui a paralysé de nombreuses sphères de la société, les entreprises qui s’en sortent le mieux sont souvent plus numérisées. C’est que les défis s’accumulent pour les entreprises, par exemple avec les enjeux de main-d’œuvre, qui obligent les entreprises à repenser leurs façons de faire pour poursuivre leur croissance. Il devient donc nécessaire d’inclure la transformation numérique dans son plan de développement.

Calendrier des activités
Chargement… Chargement…

Politique en regard de la présence aux activités de formation

  • Attendu que l’APDEQ remet une attestation de participation au terme de chacun des cours qu’elle diffuse;
  • Attendu que cette attestation confirme la participation à un nombre d’heures de formation spécifique;
  • Attendu que la présence du participant est attendue et obligatoire pour toute la durée de la formation (activité synchrone);
  • Attendu qu’aucun visionnement de l’activité en différé ne sera autorisé;
  • Attendu que chaque formation procure un nombre de points en vue de l’obtention de la certification au titre de Développeur Économique;

Une attestation de participation sera décernée au participant, dans la mesure où le taux d’absentéisme n’excède pas 20 % des heures prévues à la formation.